La liaison ville/ montagne, de Clermont-Ferrand à Moneaux

La région Auvergne est une région très contrastée. Les reliefs marqués et les variations climatiques importantes font que des espaces de vie proches géographiquement peuvent être très différents d’un point de vue social, économique ou culturel.

L’idée des jardins partagés de montagne et plus généralement, de la liaison ville/ montagne est née de ce constat, et une proposition de mise en œuvre du projet fut lancée en Assemblée Populaire le 1er décembre 2012 par Dominique, du collectif des Indigné-e-es du 63.

Si la plupart des Indigné-e-s du 63 habitent Clermont-Ferrand et son agglomération , certains sont dispersés dans les Combrailles ou dans le massif du Sancy. C’est le cas de Dominique qui habite à 1200m d’altitude, au lieu-dit Moneaux, à 45 kilomètres au sud de la ville.

Pour élaborer ce projet de liaison, Dominique s’est associée à Brigitte, très active dans le mouvement alternatif, qui vit également à Moneaux, à la ferme de la Palfichade.

La Palfichade est une ferme de montagne isolée. Brigitte y exerce des activités autour des plantes sauvages. La ferme se veut expérimentale et basée sur l’autonomie : se nourrir, se vêtir, se chauffer, se soigner et bâtir en écoconstruction …

Le site de la Palfichade, à Moneaux, le 16 mars 2013

Le site de la Palfichade, à Moneaux, le 16 mars 2013

 La  démarche du projet est liée à la transmission de savoir et savoir-faire, à l’échange culturel et à la mise en valeur de jardins.

Cette liaison ville/ montagne se conjugue autour de quatre axes, non exhaustifs, qui ne sont pas en contradiction et peuvent se conjuguer ensemble :

-Les journées autour d’un thème à la Palfichade. Chacun apporte à manger, partage et s’intègre dans un chantier participatif.

-Les veillées, à la Moneaux, chez Brigitte, chez Dominique ou ailleurs … Avec possibilités de couchage sur place.

-La mise en valeur de jardins de montagne, avec participation – ponctuelle – effective de volontaires et partage des récoltes, chez Dominique

      -Le volet culturel (projection de films, débats, lecture à voix haute … musique) chez les personnes pouvant accueillir – ou au café « Les Augustes » à Clermont-Ferrand.

Trente personnes environ ont répondu à l’appel du projet, ouvert non seulement aux Indigné-e-s mais à tous ceux qui souhaitent apprendre à vivre autrement et fondent leur relation sur le partage et la sobriété. Une première rencontre eut lieu à la Palfichade le samedi 16 mars.

A Moneaux, situé à deux pas de la Vallée de Chaudefour, la terre est riche et généreuse ! Les éléments, naturels, présents partout, favorisent un mode de vie décroissant si nécessaire à mettre en place dans cette société dans laquelle  la consommation à outrance dérègle le tissu social et isole l’individu.

L’idée a germé aussi bien dans les têtes que sur les terres des pentes volcaniques ! La liaison ville/ montagne est en construction active ! A nous les Indigné-e-s du 63 et les autres de lui offrir chaque année de nouvelles richesses !

A Moneaux, le 21 avril 2013

A Moneaux, le 21 avril 2013, début de la mise en valeur du 1er jardin partagé !

Contacts : Brigitte Beernaert, Ferme de la Palfichade, Moneaux, lapalfichadeblogspot.com, 0611592510 ou Dominique Wallard, collectif des Indigné-e-s du 63, Moneaux, 0626344583